Menu du site

Calypso Collections d'objets numériques  
  Estampes et illustrations anciennes
  accueil    parcourir    recherche:  recherche avancée    préférences    favoris    aide   
  english    español    deutsch 
ajouter    lien direct retour aux résultats    précédent    suivant
Zoom avant Zoom arrière Pivoter vers la gauche Pivoter vers la droite Cacher/afficher la vignette
Jurez-le sur ce rayon de soleil qui dans ce moment luit sur nos mains.
Jurez-le sur ce rayon de soleil qui dans ce moment luit sur nos mains.
TitreJurez-le sur ce rayon de soleil qui dans ce moment luit sur nos mains.
Artiste(s)Bornet, Claude, 18e siècle (peintre)
Martini, Pietro Antonio, 1739-1797 (illustrateur)
DescriptionScène d'intérieur représentant deux personnages dont l'un est allongé sur un lit et l'autre debout lui faisant une promesse. Un rayon de soleil éclaire leurs mains. Le lieu est misérable, probablement une prison.
Inscription(s)Tome 1.r Page 381 (en haut à gauche); C. Bornet inv. (en bas à gauche); P. Martini Sculp. (en bas à droite); Jurez-le sur ce rayon de Soleil, qui dans ce moment luit sur nos mains (en bas au centre).
Date1787
Période18e siècle, quatrième quart
Dimensions7,6 x 13 cm
PositionEn regard de la page 381
SourceLettres d'un cultivateur américain : addressées à Wm. S on Esqr. depuis l'année 1770 jusqu'en 1786 / par M. St. John de Crève Cœur. A Paris : Chez Cuchet libraire, Rue et Hôtel Serpente, 1787. [Cote : Baby BAc0227f 1787 t.1]
Séquence de l'illustration03/06
CommentaireVoici comment le récit présente la scène illustrée : Votre femme n'a qu'un parti à prendre, c'est de se retirer dans l'intérieur du pays, & de placer tous ses enfans apprentis à différens métiers : vous savez, comme moi, que la connoissance d'un bon métier, est considéré ici comme égal en valeur à cent acres de terre ; elle ira filer elle-même dans la maison d'un bon Colon, à une demi-piastre par semaine, où elle y sera bien nourrie & bien logée : si cet avis vous plaît, écrivez-lui, je me charge de faire tenir votre lettre par le moyen du Docteur B***, la première fois qu'il viendra faire sa visite ; qu'en dites-vous ? Il soupira profondément. - Cette heureuse idée me soulage, répondit-il; - j'accepte votre expédient ; mais quand je serai mort, vous ne vous intéresserez plus aux miens ; vous ne penserez plus à l'état déplorable où sera réduite ma pauvre veuve : promettez-moi donc, devant Dieu, de faire tout votre possible pour lui faire tenir la lettre que je vais écrire, & d'y ajouter une autre dans laquelle vous lui expliquerez le service que vous venez de me rendre. - Oui, mon cher Sergent, je vous le promets devant Dieu, le protecteur des malheureux. - Jurez-le, répéta-t-il, sur ce rayon de soleil qui, dans ce moment, luit sur nos mains : - Oui, lui dis-je, je le jure sur ce rayon de soleil ; puissent mes yeux cesser de contempler cette auguste image du Créateur ; puissent-ils être condamnés à des ténèbres éternelles, si j'oublie, ou si je néglige d'exécuter ce que je viens de vous promettre. p. 380-381.

Checheur : Philippe Despoix.
TypeImage
DroitsCollection Estampes et illustrations anciennes © Direction des bibliothèques, Université de Montréal. Utilisation permise à des fins de recherche, d'étude et d'enseignement. http://calypso.bib.umontreal.ca/cdm4/droits.php
No imageGR_BabyBAc0227f1787v.1_gr4c
ajouter    lien direct retour aux résultats    précédent    suivant
réalisé avec CONTENTdm ® v.5.4 | Nous écrire au sujet des collections d'objets numériques 

^ haut ^