Menu du site

Calypso Collections d'objets numériques  
  Estampes et illustrations anciennes
  accueil    parcourir    recherche:  recherche avancée    préférences    favoris    aide   
  english    español    deutsch 
ajouter    lien direct retour aux résultats    précédent    suivant
Zoom avant Zoom arrière Pivoter vers la gauche Pivoter vers la droite Cacher/afficher la vignette
[Un Anglais vendant sa libératrice].
[Un Anglais vendant sa libératrice].
Titre[Un Anglais vendant sa libératrice].
Artiste(s)Sans nom
DescriptionScène d'extérieur représentant un Anglais perfide vendant une esclave noire enchaînée, lui ayant pourtant sauvé la vie, devant quelques personnes choquées. En arrière-plan, deux navires en rade, quelques huttes et palmiers.
Inscription(s)Tom. III (en haut à gauche); Frontispice (en haut à droite).
Date1775
Période18e siècle, quatrième quart
Dimensions13,5 x 18,5 cm
Note(s)Titre factice tiré de la table d'explication des estampes.
PositionFrontispice
SourceRaynal, abbé (Guillaume-Thomas-François), 1713-1796. Histoire philosophique et politique des établissements et du commerce des Européens dans les deux Indes. Genève : Les Libraires Associés, 1775. [Cote : CSb 325.3 R274h 1775 v.3]
Séquence de l'illustration09/12
CommentaireLe récit de l'Anglais de la Barbade vendant sa maîtresse, une Indigène qui lui avait sauvé la vie, parut pour la première fois en 1657 et devint célèbre grâce au "Spectator" en 1711 avant de connaître une certaine postérité en France grâce à diverses adaptations littéraires et scéniques. L'intérêt français pour cette scène des Antilles anglaises témoigne d'une volonté de montrer la perfidie des esclavagistes britanniques et le sort misérable de leurs esclaves. Ce sujet, représenté par Eisen pour l'édition de 1774 de l'"Histoire des deux Indes" est le seul à avoir été repris, mais dans une composition différente, par Moreau le Jeune pour l'édition de 1780. Dans tous les cas, la figuration de cet épisode témoigne d'une confusion fréquente entre les Indigènes d'Amérique et les esclaves d'origine africaine dans les Antilles.

Référence(s) : Peggy Davis, "Perception et invention du Nouveau Monde. L'américanisme étudié à travers les estampes françaises (1750-1850)", thèse de doctorat, Université Laval, 2003, vol. 2, p.290-291.

Chercheur : Peggy Davis.
TypeImage
DroitsCollection Estampes et illustrations anciennes © Direction des bibliothèques, Université de Montréal. Utilisation permise à des fins de recherche, d'étude et d'enseignement. http://calypso.bib.umontreal.ca/cdm4/droits.php
No imageGR_CSb325.3R274h1775v.3_gr1
ajouter    lien direct retour aux résultats    précédent    suivant
réalisé avec CONTENTdm ® v.5.4 | Nous écrire au sujet des collections d'objets numériques 

^ haut ^