Menu du site

Calypso Collections d'objets numériques  
  Estampes et illustrations anciennes
  accueil    parcourir    recherche:  recherche avancée    préférences    favoris    aide   
  english    español    deutsch 
ajouter    lien direct retour aux résultats    précédent    suivant
Zoom avant Zoom arrière Pivoter vers la gauche Pivoter vers la droite Cacher/afficher la vignette
[Mère Nature attristée].
[Mère Nature attristée].
Titre[Mère Nature attristée].
Artiste(s)Cook, Thomas, 1744-1818 (graveur)
DescriptionScène allégorique représentant en avant-plan Mère Nature allaitant à la fois un enfant blanc et un enfant noir. En arrière-plan, des esclaves noirs sont maltraités par des Espagnols.
Inscription(s)4 (en haut à droite); T. Cook Sculp. (en bas à droite).
Date1778
Période18e siècle, quatrième quart
Dimensions11,3 x 20 cm
Note(s)Titre factice tiré de la table d'explication des estampes.
PositionFrontispice
SourceRaynal, abbé (Guillaume-Thomas-François), 1713-1796. Histoire philosophique et politique des établissements et du commerce des Européens dans les deux Indes. Paris : Chez Lacombe, 1778. [Cote : Csb 325.3 R.274h v.4]
Séquence de l'illustration04/07
CommentaireCe frontispice de l'"Histoire des deux Indes" de Raynal recourt à l'iconographie de la fécondité (une femme aux multiples mamelles), pour incarner l'allégorie de la Nature, la Mère universelle, sous les traits d'une blanche. L'explication du sujet gravé se lit comme suit: "La Nature, représentée par une femme, nourrit à la fois, et avec le même intérêt, un enfant blanc et un enfant noir. Elle regarde avec compassion des Nègres esclaves que l'on voit dans l'éloignement, travailler à des sucreries où ils sont maltraités par ceux qui les gouvernent." L'image de l'égalité entre les Noirs et les Blancs devant la nature répondait aux préoccupations des Lumières et a été largement reprise par l'iconographie abolitionniste de la fraternité, sous la Révolution. Si pour l'abbé Raynal ‘la liberté est la propriété de soi' et le droit fondamental et inaliénable de tout être humain, cette allégorie de la Nature qui ne fait pas de distinction entre les races, n'en affirme pas moins la supériorité absolue du Blanc comme norme universelle.

Référence(s) : Peggy Davis, "La réification de l'esclave noir dans l'estampe sous l'Ancien Régime et la Révolution", L'Afrique du siècle des Lumières : savoirs et représentations, éd. M. Bocquillon, D. Diop, C. Gallouët, G. Lahouati, SVEC 2009 :05, Oxford, Voltaire Foundation, p.249 ; Peggy Davis, "Perception et invention du Nouveau Monde. L'américanisme étudié à travers les estampes françaises (1750-1850)", thèse de doctorat, Université Laval, 2003, vol. 2, p.322-323.

Chercheur : Peggy Davis.
TypeImage
DroitsCollection Estampes et illustrations anciennes © Direction des bibliothèques, Université de Montréal. Utilisation permise à des fins de recherche, d'étude et d'enseignement. http://calypso.bib.umontreal.ca/cdm4/droits.php
No imageGR_CSb325.3R.274h.v.4_gr1
ajouter    lien direct retour aux résultats    précédent    suivant
réalisé avec CONTENTdm ® v.5.4 | Nous écrire au sujet des collections d'objets numériques 

^ haut ^