Menu du site

Calypso Collections d'objets numériques  
  Estampes et illustrations anciennes
  accueil    parcourir    recherche:  recherche avancée    préférences    favoris    aide   
  english    español    deutsch 
ajouter    lien direct retour aux résultats    précédent    suivant
Zoom avant Zoom arrière Pivoter vers la gauche Pivoter vers la droite Cacher/afficher la vignette
[Ma fille tu me causes la mort!].
[Ma fille tu me causes la mort!].
Titre[Ma fille tu me causes la mort!].
Artiste(s)Eisen, Charles-Dominique-Joseph, 1720-1778 (dessinateur)
Longueil, Joseph de, 1730-1792 (graveur)
DescriptionFrontispice d'une scène d'intérieur représentant M. de Gourville languissant dans son lit avec sa fille Julie à ses pieds et M. Daumal debout à leur côté.
Inscription(s)Ch. Eisen inv. (en bas à gauche); De Longueil Sculp. (en bas à droite).
Date1767
Période18e siècle, troisième quart
Dimensions14 x 9 cm
TechniqueGravure en taille douce
Note(s)Titre factice tiré du texte de la page 37
Quatrième fascicule d'un recueil factice intitulé Histoires anglaises, tome 1, contenant les versions illustrées originales (L'Esclapart, 1767) de 5 des 6 histoires des Épreuves du sentiment, tome 1. La cinquième histoire, Nancy, est tirée d'une publication plus tardive (Le Jay, 1772).
PositionEn regard de la page 1
SourceArnaud, François Thomas Marie de Baculard d'. Julie ou l'Heureux repentir : Anecdote historique. Paris : L'Esclapart, Duchesne, 1767, p. 1-42. [Cote: CSb PQ 1954 A7 F2 1767 ]
Séquence de l'illustration02/04
CommentaireL'illustration de la défaillance, de la prostration volontaire, de l'évanouissement et même du décès semble être de rigueur dans presque tous les frontispices du recueil. C'est la marque de sensibilité la plus visible à laquelle puissent se livrer les héroïnes. Le tableau de leur douleur est fait pour toucher leur entourage, mais aussi le lecteur-spectateur. Revenue d'une vie dissipée dans laquelle elle a été entaînée malgré elle suite à la faillite de ses parents lors de l'effondrement du système Law, Julie implore ici le pardon de son père sous le regard attendri de son frère. Le vieillard, d'une vertu rigoureuse et sévère, se laissera enfin attendrir sur son lit de mort par le spectacle de la douleur de sa fille repentie. Le retour à la vertu de celle-ci sera tout à fait exemplaire dans la suite du récit.

Référence(s) : Monique Moser-Verrey, "L'anecdote historique en texte et en image: d'Arnaud et d'Ussieux", Eighteenth-Century Fiction 23: 4 (2011), p. 734.
TypeImage
DroitsCollection Estampes et illustrations anciennes © Direction des bibliothèques, Université de Montréal. Utilisation permise à des fins de recherche, d'étude et d'enseignement. http://calypso.bib.umontreal.ca/cdm4/droits.php
No imageGR_CSbPQ1954A7F21767fasc.1-6_gr13
ajouter    lien direct retour aux résultats    précédent    suivant
réalisé avec CONTENTdm ® v.5.4 | Nous écrire au sujet des collections d'objets numériques 

^ haut ^