Menu du site

Calypso Collections d'objets numériques  
  Paysages du Nouveau-Québec de 1974 à 1984
  accueil    parcourir    recherche:  recherche avancée    préférences    favoris    aide   
Lexique illustré  |  Bibliographie choisie   english    español    deutsch 
ajouter    lien direct retour aux résultats    précédent    suivant
Zoom avant Zoom arrière Pivoter vers la gauche Pivoter vers la droite Cacher/afficher la vignette
À marée haute contre le schorre qui dépêche une flèche vers le large, et en vol au-dessus des eaux, des oies des neiges (Chen caerulesens, mais forme bleue) en vol à la tête de la baie de Rupert, entre les embouchures du Nottaway et du Rupert, Sud-Jamésie côtière ou maritime
À marée haute contre le schorre qui dépêche une flèche vers le large, et en vol au-dessus des eaux, des oies des neiges (Chen caerulesens, mais forme bleue) en vol à la tête de la baie de Rupert, entre les embouchures du Nottaway et du Rupert, Sud-Jamésie côtière ou maritime
TitreÀ marée haute contre le schorre qui dépêche une flèche vers le large, et en vol au-dessus des eaux, des oies des neiges (Chen caerulesens, mais forme bleue) en vol à la tête de la baie de Rupert, entre les embouchures du Nottaway et du Rupert, Sud-Jamésie côtière ou maritime
VueVue vers l'ouest
Sujet(s)Québec (Province)
Sud-Jamésie côtière ou maritime
Paysage naturel
Rupert, Baie de
Collection(s)Survol du Nouveau-Québec en 1974
Le pourtour de la baie de Rupert, rentrant au sud-est de la baie de James
Note(s)Coordonnées: W 78° 49'/N 51° 26'.
Photographie: Camille Laverdière, 1974.09.13.
RésuméUne simple irrégularité topographique de la plaine littorale peut conduire les courants de marée, lors du flux comme lors du flot, à accuser l'accident par des matériaux mobiles
il en résulte une construction dont la partie émergée est une flèche portant ici une prairie humide. Dans le ciel à la hauteur des cumulus à la base bien marquée, à faible développement vertical, des volées d'oies dites bleues qui en début d'automne animent l'espace aérien rupertien, davantage que partout ailleurs en Jamésie québécoise
les prairies littorales sont occupées plus longtemps, avant que les palmipèdes ne partent surtout pour le golfe du Mexique. Rédigé par Camille Laverdière.
FondsDon de Camille Laverdière.
DroitsCollection Paysages du Nouveau-Québec de 1974 à 1984 © Direction des bibliothèques, Université de Montréal. Utilisation permise à des fins de recherche, d'étude et d'enseignement. http://calypso.bib.umontreal.ca/cdm4/droits.php
TypeImage
No imageCL02206A
Date de création2008-04-04
Dernière date de mise-à-jour2012-05-11
ajouter    lien direct retour aux résultats    précédent    suivant
réalisé avec CONTENTdm ® v.5.4 | Nous écrire au sujet des collections d'objets numériques 

^ haut ^